• Dogmes, taxes et redevances

    Esprit, es-tu là ?

    C'est tellement gros que nous ne nous y étions pas arrêtés lors d'une première lecture. C'est au détour d'une reprise que « l'esprit du Grenelle » nous est tombé dessus. Ce fut plus surprenant que douloureux. Jugez-en.

    Lors du comité syndical du 30 septembre dernier, voici donc deux mois, les honorables membres de cette assemblée ont adopté une délibération pour confirmer leur choix du financement du service des OM par la redevance (REOM). Le sujet est d'importance. Neuf mois après l'abandon de la taxe (TEOM), on était en droit d'attendre un premier bilan de ce changement majeur. Les indices de réussite ne doivent pas manquer et ils ne peuvent qu'être propres à convaincre les plus récalcitrants. Citons quelques éléments par lesquels le Comité syndical aurait pu étayer sa confirmation de la REOM :

    • Le passage de la TEOM à la REOM a généré des lourds transferts de charge : des réductions de coûts pour certains, des augmentations pour d'autres. Le Syndicat dispose, aujourd'hui, de tous les éléments pour apprécier finement ce qu'il en a été et faire la part des choses.
      Pourquoi nous en priver ?
    • Il a été affirmé que la REOM conduit à une facturation plus en rapport avec l'utilisation réelle du service. Comparaison a même été faite avec l'eau et l'électricité. Les systèmes sophistiqués de comptage mis en place permettent de vérifier de façon statistique ce qu'il en est du passage de la théorie à la pratique.
      Pourquoi n'en rien dire ?
    • Le passage à la REOM, explique-t-on, a permis de faire l'économie au profit des usagers des 8 % que les services de l’État ajoutaient au montant de la TEOM pour frais de gestion et couverture des impayés.
      Pourquoi ne pas mettre en regard de ces 8 % les frais de facturation de la REOM, le coût des lignes de crédit ouvertes par les banques pour assurer la trésorerie du Syndicat et les coûts des investissements directement liés à la mise en place de la REOM ?

    On le voit : les arguments pour nous convaincre ne manquent pas. Curieusement, le Syndicat ne semble même pas avoir songé à s'en saisir. Quel dommage !

    Mais alors sur quoi le Comité syndical s'est-il fondé pour confirmer le financement par la redevance ? Sur des généralités, la plupart aussi ronflantes que creuses, si ce n'est franchement mensongères. Dont celle-ci, une véritable perle : « La TEOM n'est pas dans l'esprit du Grenelle ».
    Alors là, chapeau bas ! Il fallait oser !
    Vous pouvez lire et relire les conclusions du « Grenelle » ayant trait aux ordures ménagères. La TEOM en est si peu exclue que l'on y a même inventé la TEOM Incitative. Si « esprit du Grenelle » il y a, il est dans l'objectif de réduire les quantités d'ordures ménagères par une réduction à la source (industries et grande distribution) et une plus grande maîtrise des rejets par les consommateurs (tri, compost…). Ces objectifs, nul ne les conteste.

    Autre chose sont les moyens les plus pertinents pour y parvenir. Et que cela plaise ou non aux doctrinaires qui, armés de leur prêt-à-penser, s'agitent dans les instances du Syndicat, débat il y a. Il suffit, pour s'en convaincre, de consulter les rapports et avis consacrés au sujet par le Sénat, l'Association des Maires de France ou encore l'association Amorce qui regroupe des centaines de collectivités locales et d'industriels. Il y a également lieu de considérer les dizaines de mouvements analogues au nôtre qui se développent à travers le pays. Ce débat, quelques petits marquis locaux s'imaginant investis de l'infaillibilité pontificale en ont peur car il étrille les choix ineptes qu'ils ont imposés à 41 000 habitants.

    D'où ce nouveau dogme sur « l'esprit du Grenelle », un sommet du ridicule.
    Il est sans doute préférable que l'auteur(e) de cette géniale pensée demeure anonyme, mais qu'un tel argument figure dans le compte-rendu officiel du Comité syndical sans susciter de remarques au sein de cette instance laisse perplexe.  

    Marc Blachère
    Collectif Val-de-Loir, le 2 décembre 2014


  • Commentaires

    1
    Un ami
    Mardi 2 Décembre 2014 à 10:00

    Vous faites un sacré boulot il va falloir éduquer les conseillers municipaux et communautaires qui bien souvent sont autour de la table bouche cousu pour juste dire oui Mr le Président ou oui Mr le Maire sans avoir pris connaissance des dossiers.

    2
    Grandville
    Mardi 2 Décembre 2014 à 10:07

    Bravo ! tout cela confirme l'inconsistance des décideurs qui votent n'importe quoi sans rechercher le bien fondé de leurs avis et ne prennent même pas le besoin de s'informer., la pauvreté des débats lors des réunions sydicales en est un témoignage! Ceux qui dorment à moitié et ceux qui baissent le nez dans les dossiers qu'ils découvrent à l'occasion de la réunion et ceux qui affichent leur mépris à notre égard ont manifestement une incapacité d'analyse des problèmes, mais ce sont les autorités dites "compétentes "pour statuer !! Tout ceci est bien lamentable !

    3
    Poubelle girl
    Mardi 2 Décembre 2014 à 10:12

    Bravo. On ne nous dit pas tout mais heureusement le collectif veille. Jusqu'où irez-vous ?

    Grâce à vous, on sait maintenant que cette réforme n'est qu'une suite d'incompétences, d'irresponsabilités, d'erreurs de gestion et d'irrégularités en tous genres. Et ce sont les mêmes qui nous gouvernent dans les communes, les cdc, les syndicats...

    Donc tout porte à croire que, pour le reste, c'est la même chose. Après les poubelles, à qui le tour ?

    En tout cas vendredi, je serai à Cérans à vos côtés.

     

     

    4
    Claudia
    Mercredi 3 Décembre 2014 à 09:00

    Malheureusement je ne pourrais pas être à Cérans.

    Faîtes comprendre qu'on ne peut pas supporter

    <a href="http://chateauduloir.over-blog.com/article-sans-commentaires-125121849.html"> CA</a>

    jusqu'à un hypothétique retour au porte à porte

    5
    Claudia
    Mercredi 3 Décembre 2014 à 09:02
    6
    kiki
    Mardi 9 Décembre 2014 à 18:15
    Bonsoir je partage vos positions mais attention aux commentaires sur les conseillers municipaux car ils ne partagent pas tous les idées du président du syndicat ou celui des maires alors je pense qu'il faut mieux essayer de les identifier et travailler ensemble plutôt que de tous les considérer comme des béni oui oui
    7
    daniel
    Mercredi 10 Décembre 2014 à 08:31

    Bonjour, sans vouloir exprimer des commentaires déplaisants sur les élus des Communes, des C D C et ceux qui siègent au syndicat, il serait raisonnable que ce soit eux qui s'expriment sur leur position respective, ce qui depuis le début 2014, n'est pas le cas ! Pourquoi ? par peur d'être licencié ? perdre des avantages ? Qu'ils s'expriment en Conseil Municipal et le fasse savoir à la population. 

    8
    cheg
    Samedi 13 Décembre 2014 à 16:37

    A qui adresser le pouvoir de représentation à l'audience du 15/3/15? 


    et Peut-on laisser un blanc pour le nom de la personne qui représente car je n'ai pas de nom à l'esprit...


     


    Merci d'avance pour votre réponse ! bon WE !


    F. CHEGWIDDEN de Requeil

    9
    cheg
    Samedi 13 Décembre 2014 à 16:38

    A qui adresser le pouvoir de représentation ? 

    Peut-on laisser un blanc pour la personne qui représentera ? car je n'ai pas de nom à l'esprit ? 

    10
    MC Cambuzat
    Samedi 13 Décembre 2014 à 17:52

    @cheg

    Nous avons besoin de votre convocation uniquement - le pouvoir de représentation n'est à remplir que pour les personnes qui ne sont pas représentées par un avocat - or, si vous avez déposé votre dossier de contestation par l'intermédiaire du Collectif vous êtes représenté par l'avocate du Collectif.

    Par contre votre convocation nous est indispensable pour connaitre la date à laquelle le Tribunal vous a convoqué à l'audience.  Merci d'envoyer cette convocation à Mayet "La Couperie" 72360 ou remettez là au représentant du collectif de votre commune (voir les coordonnées des représentants dans la partie à droite intitulée Téléchargements)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :